Nous avions enfin trouvé des manières de gérer nos classes à distance, voici qu’il est temps de penser au retour à l’école. Les modalités envisagées par les différents pays sont diverses.

Une classe primaire dans la banlieue de Copenhagen.

Au Danemark les élèves les plus jeunes ont repris les cours cette semaine, en petits effectifs et dans des classes spécialement aménagées. Les élèves plus âgés poursuivront l’enseignement à distance jusqu’au 11 mai.

Au Luxembourg, le ministère de l’éducation du Luxembourg envisage une rentrée progressive commençant par les élèves de seconde le 4 mai puis les autres lycéens le 11 mai avant de faire rentrer les élèves plus jeunes le 25 mai. Les classes seront divisées en deux groupes chacun alternant entre une semaine à l’école et une semaine en enseignement à distance. Les masques seront obligatoires dans les établissements scolaires. Les récréations seront organisées en plusieurs vagues, et les cantines resteront fermées. L’approche est détaillée, bien pensée et rassurante.
> Voir un article détaillé à ce sujet
L’Allemagne a aussi fixé la date du 4 mai pour une reprise des cours, mais pour les élèves des dernières années du primaire et du secondaire seulement, afin de respecter les règles de distanciation sociale. L’approche est

La France envisage différents scénarios en consultation avec les expert.e.s éducatifs, sanitaires et les syndicats. Il s’agira clairement de privilégier les jeunes élèves, qui souffrent plus du confinement, et les élèves en décrochage scolaire. Le Ministère estime en effet que 5% des élèves ont décroché pendant cette phase de travail à distance, tout particulièrement dans les ZEP et les lycées professionnels. Le Monde consacre un article détaillé à ces réflexions.
Pour la Suisse, des annonces du jour du Conseil fédéral devraient clarifier la situation. Des scénarios de type «enseignement à la demi-journée avec la moitié de la classe » sont évoqués.