Le planning de la semaine pour les maths, une approche systématique que Julia apprécie.

Nous avons beaucoup parlé des enseignant-e-s en Suisse et de par le monde dans notre blog. Mais en parallèle, nous avons pu observer nos enfants et voisins voisines au travail durant cette période de confinement. Pour rendre leurs expériences plus concrètes, je suis partie à la rencontre des enfants de mon quartier, via Facetime, bien entendu. Leurs retours forment un panorama contrasté, mais passionnant.  On y découvrira la créativité et l’engagement de certains enseignant.e.s, mais aussi une inégalité de suivi assez marquée.  

Débutons avec Julia (pseudo), élève de 11H , section générale , dans un CO fribourgeois:

Français L1Notre enseignante nous envoie tous les 2 jours un PDF avec des liens cliquables via la messagerie Educanet 2: on a des exercices à faire dans le livre ou sur Projet Voltaire. Elle dépose aussi des ressources pour nous dans le classeur educanet 2. Pour la correction, elle nous envoie un corrigé à la fin de la journée. On a surtout travaillé le fonctionnement de la langue, c’est de la révision de ce qu’on a vu en classe, j’ai l’impression de rien avoir appris de nouveau. Mon frère  en classe parallèle a eu un livre à lire. Il l’a reçu par la poste et ils doivent lire des pages chaque jour. J’aurais aussi aimé un livre car franchement, on s’ennuie.
Allemand L2 Anglais L3En allemand , on a un live sur YouTube les jeudis matins de 9h à 10h. Pour contrôler qu’on participe, nous envoyons notre nom sur WhatsApp avant le début de la séance. Parfois la présentation du prof est interrompu pour qu’on puisse appeler des camarades sur WhatsApp pour faire un sprechen. On fait les exercices des moyens d’enseignement et on doit aussi faire régulièrement 15 min de quizlet pour répéter le vocabulaire. Pour les évaluations formatives, on lui envoie une photo de notre page complétée et on devrait en théorie recevoir un retour. On aurait besoin de feedback pour évoluer. La manière de faire est identique en anglais puisque j’ai le même enseignant pour les 2 disciplines . En
MathsEn maths, en allemand, l’enseignante nous envoie un fichier très clair du travail pour la semaine. Cela m’aide beaucoup. Chaque soir, elle nous envoie les corrigés via notre messagerie educanet2.  On a aussi eu une évaluation formative à retourner. Là on avance avec un nouveau thème. Elle nous envoie la théorie et on peut l’appeler si on a des questions. Je l’ai déjà appelé et elle m’a donné un site Internet pour m’entraîner. Je pense que certains garçons de la classe ne font pas les exercices et se contentent de regarder les corrigés. On ne sait pas trop ce qui se passe pour les autres.
SNEn Sciences, on a reçu la première semaine des exercices, mais rien depuis.
SHSEn histoire géo, on a reçu cette semaine les premiers exercices. Il s’agissait de faire des fiches du moyen d’enseignement. On aura pris beaucoup de retard.
DessinAU début du confinement, tous les étudiant-e-s du CO ont reçu deux feuille de dessin et deux citations assez similaires à partir desquelles il fallait produire 2 dessins différents avec différents médias.  On a dû les retourner par la poste.
Sport  En sport, on a reçu un courriel  le premier jour du confinement avec des exercices à faire sous forme de vidéo et de photos, mais rien depuis. Avec une copine, on fait de la gym ensemble via Facetime.  
MusiquePour le Chœur, on a rien reçu.
ÉconomieAu début, on recevait un mail bien complet avec des explications, mais le prof s’est découragé et nous donne juste des exercices à faire maintenant. Dommage, c’était bien parti.

“J’essaie de faire mon travail de la manière la plus consciencieuse possible, mais j’ai quand même l’impression d’avoir perdu mon temps car nous avons surtout fait des révisions et très peu appris de choses nouvelles. Certain.e.s.s enseignant.e.s nous ont bien suivi, d’autres ont «disparu».  Avec le système de nous donner des exercices, puis de transmettre des corrigés, je me demande combien de mes camarades de classe font vraiment le travail.
Depuis le reprise après Pâques, les enseignant-e-s doivent indiquer de combien de temps on a besoin pour faire les tâches, mais c’est toujours à côté. C’est assez décourageant, car au final on passe beaucoup plus de temps et c’est plus difficile de s’organiser. Je n’aurais jamais cru que je dirais ça mais je me réjouis vraiment de retourner à l’école, pour voir mes copines et pour apprendre des choses nouvelles.”